Covid-19 : les non-résidents et le crédit immobilier

2 janvier 2021 1 Par Arisoa

Depuis une dizaine d’années, des organismes spécialisés accompagnent les non-résidents dans le financement de leurs projets. Il faut cependant se rendre à l’évidence que trouver des solutions appropriées est de plus en plus difficile. Il est davantage compliqué d’obtenir un crédit immobilier non résident. Focus sur les différentes raisons.

Le crédit immobilier, un produit très attractif

Pour les banques, le crédit immobilier a toujours été considéré comme un produit d’appel. Il permet à l’organisme financier d’attirer et de négocier avec de nouveaux clients, en injectant de l’argent pour leurs projets immobiliers. A cette fin, le banquier propose les taux les plus bas du marché, avec des marges faibles ou quasiment nulles. Pour rendre le compte du client plus profitable, il lui propose d’autres produits bancaires avec des marges avantageuses : produits d’épargne, assurance, moyens de paiement… Un client non résident (vivant à l’étranger) sera plus tenter de consommer les produits bancaires dans son pays de résidence. Pour le banquier, il sera davantage difficile de rattraper la marge perdue sur le crédit, même avec d’autres produits. Pour plus d’information et actualité sur ce sujet rendez-vous sur

Une maîtrise du risque de crédit compliquée

Pour un non-résident, le montage d’un dossier de crédit immobilier est compliqué. Très souvent, la documentation est rédigée dans une autre langue. Par ailleurs, la réglementation encadrant son contrat ainsi que la fiscalité sont différentes. Et dans le cas d’un entrepreneur, il importera de bien comprendre l’environnement économique de l’entreprise et ses documents fiscaux. Ces dernières années, les volumes de crédits immobiliers ont connu une augmentation. Étant compliqué à comprendre et à maîtriser, ces volumes constituent un élément non favorable pour les non-résidents. Ainsi, les banques préfèrent octroyer des prêts immobiliers à des clients qu’ils jugent plus attractifs.

Le KYC, pour le crédit immobilier non-résident

Le « KYC » ou-Know Your Customer (traduit par la connaissance client en français) est un terme inhérent au crédit immobilier non-résident. Ces dernières années, les réglementations bancaires ont fortement augmenté. Les différents scandales de fraudes, de terrorisme ou d’évasions fiscales ont incité les régulateurs bancaires internationaux à augmenter le niveau d’exigence des banques dans la connaissance client. Le respect de nombreux engagements et la mise en place de systèmes adaptés offrent aux banques la garantie que leurs clients n’effectuent pas d’opérations de fraude financière ou fiscale, de financement de terrorisme ou encore de blanchiment d’argent.

Cette démarche leur évite ainsi de lourdes sanctions administratives, financières et pénales. En cas de suspicion et de cas avérés de fraude, les banques sont également invitées à faire des déclarations auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et TRACFIN. Il s’agit d’organismes qui surveillent les banques et les transactions. Une simple ouverture de compte doit faire l’objet de nombreux contrôles. C’est la raison pour laquelle, les banques sont très pointilleuses quant à la vérification du pays de résidence de leurs clients.

 Des opportunités réduites pour les non-résidents

La plupart des banques demandent aux clients de se déplacer en agence pour l’ouverture et l’octroi de crédit immobilier. Ces dernières années, bon nombre de départements de banques et d’établissements bancaires dédiés aux non-résidents ont fermé leurs portes, réduisant ainsi leurs chances de décrocher un prêt immobilier. Sont inclus le Crédit Immobilier de France (CIF) dont la filiale est BPI (Banque Patrimoine & Immobilier), GE Money Bank devenu My Money Bank, le Crédit Foncier, et Société Générale. D’autres établissement ont de leur côté endurci leur politique de crédit vis-à-vis de clients internationaux.

Ainsi, pour les non-résidents, décrocher un crédit immobilier a toujours été très complexe. La crise sanitaire engendrée par le Covid-19 a davantage multiplié les difficultés rattachées à l’obtention d’un crédit immobilier. La fermeture des frontières et la limitation des déplacements sont les principales raisons empêchant les rendez-vous en agence pour l’ouverture de comptes. La vigilance est donc de mise pour les différentes banques.